Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Amandine
  • Je démarre un nouveau blog... j'y traiterai de l'actualité, de politique, de religion, y parlerai de ma région... de musique, littérature et d'arts... et aussi des choses et de personnes que j'aime et que je trouve belles.
  • Je démarre un nouveau blog... j'y traiterai de l'actualité, de politique, de religion, y parlerai de ma région... de musique, littérature et d'arts... et aussi des choses et de personnes que j'aime et que je trouve belles.

Texte Libre

Paperblog

Archives

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 05:58

Parfois, on croit que tout est perdu, alors qu'en fait, nous gagnons ! Ce que l'on appelle "L'effet papillon", petite cause, petit changement impliquant de grandes conséquences...

Le monde dans lequel nous vivons porte à nous enfermer dans une perpétuelle crainte, une perpétuelle alinéation de l'individu, pour n'en faire qu'un objet manipulable à souhait ! L'individu lui-même se plaint de cette société. Tous les hommes s'en plaignent. Pourtant, n'est-ce pas eux qui l'ont construite ? N'ont-ils pas voté ? N'ont-ils pas menti ? N'ont-ils pas trahi ? Peut-on espérer des autres un peu de temps, quand nous ne sommes pas capable d'en accorder ? Les humains peuvent-ils parler d'amour parfait ? En connaissent-ils d'ailleurs la signification ? Beaucoup de questions sur l'humanité et son manque de sens quotidien.

Pourtant il est une réponse à tout cela... "la peur frappa à la porte de la foi, la foi s'en fut ouvrir et ne trouva personne". Je laisse cette phrase riche de sens, à bon entendeur, à celui ou celle qui, pourra bien la comprendre... car s'il est bien une chose que notre société superficielle écrase, c'est la foi et il est difficile de trouver des personnes qui savent ce que ce mot signifie. On se rapporte forcément à la religion, et à l'image négative que la plupart des gens s'en sont faite, et cela empêche de voir plus loin. Pourquoi ne pas accepter et saisir ce don qui se présente naturellement à nous ? 

C'est ce que j'ai fait ! Je l'ai saisi ! Je connaissais son existence, et je la saisissais par intermittence, parce qu'il m'était plus facile de l'ignorer face aux autres, que de l'affirmer. Ce phénomène se reporte dans de nombreux domaines de la vie quotidienne. On en arrive à se laisser écraser par l'autre, quitte à oublier nos propres valeurs, nos propres croyances, les choses simples qui nous rendent heureux. Tout change le jour où l'on se rend compte que nous nous sommes pas obligés de nous infliger tout cela, qu'il est possible de dire non, et que prendre de la distance avec les choses qui au fond nous blessent, est ce qui nous permet de nous proclamer "être libre".

... il n'est rien de plus heureux, que de se lever le matin, et d'être en paix avec soi-même, de sentir la lumière du jour sur son visage et de se dire "cette journée, m'est offerte et je dois lui faire honneur". Chaque élément positif, chaque pensée positive découlant de cette reconnaissance, en appelle une autre : ce qui nous faisait du mal garde sa valeur mais cela ne nous parait alors moins important que ces différentes choses et personnes positives pour lesquelles nous nous battons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Amandine
commenter cet article

commentaires

Zoe 29/09/2010 23:20


Je suis en profond accord avec ce que tu écris. J'ai cette impression que tu as vécu beaucoup d'épreuves, ou tout du moins, ressentie beaucoup de choses de la même façon que moi. Tes mots
transcrivent à merveille la réalité des choses, qu'ils pourraient presque apaiser les journées quotidiennes les plus pénibles... Je te remercie !